La Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique du Puy de Dôme et de l’Allier se mobilise pour la protection de l’enfance

La Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique du Puy de Dôme et de l’Allier se mobilise pour la protection de l’enfance

Depuis 2018, la Direction Diocésaine a rejoint le Programme de Protection des Publics Fragiles (PPPF) initié par le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique. Des actions concrètes, dans le but de sensibiliser les adultes au contact d’élèves, ont été déployées:

Au sein du service de psychologie de la Direction Diocésaine, une référente auprès du SGEC a été nommée et participe régulièrement aux journées de formation initiées par le Secrétariat Général dans le but de relayer ensuite l’information aux établissements scolaires du Puy de Dôme et de l’Allier.

Les chefs d’établissements scolaires sont ainsi sensibilisés chaque début d’année scolaire aux documents de référence du SGEC et familiarisés aux procédures en matière de protection de l’enfance. Des interventions auprès des futurs enseignants formés à l’ISFEC ainsi que des temps de formation au sein des établissements scolaires sont également proposés et assurés par la psychologue référente.

Le service de psychologie est par ailleurs un relais pour les chefs d’établissements, enseignants ou personnels qui doivent rédiger une note d’information préoccupante auprès de la CRIP ou dans l’obligation de contacter les autorités compétentes (Parquet, Police, Gendarmerie) suite à une situation de dévoilement. C’est pourquoi, le contact a été établi directement avec la CRIP (Cellule de Recueil des Informations Préoccupantes) afin de faciliter la communication et les démarches éventuelles.

Par ailleurs, fin 2019, une formation spécifique a été proposée aux chefs d’établissements et aux personnels de la Direction Diocésaine sur la gestion de crise, animée par un formateur extérieur agréé. Celle-ci a permis d’aborder plus spécifiquement la communication aux familles, l’organisation de cellules d’écoute et la pédocriminalité.

Aussi, depuis deux ans, une deuxième psychologue ayant été recrutée par la Direction diocésaine, des permanences d’écoute sont assurées dans les collèges et lycées qui le souhaitent. Ces entretiens confidentiels sont aussi le moyen d’être à l’écoute des jeunes vivant des situations de maltraitance et permettent le recueil de la parole de l’enfant. Des interventions ponctuelles sont aussi régulièrement sollicitées par les établissements ou les parents d’élèves et s’inscrivent dans le cadre de la prévention des conduites à risque.

Enfin, la Direction Diocésaine s’assure d’avoir une vision globale et établit chaque année une enquête auprès des établissements scolaires permettant d’évaluer le nombre de cas relevant du programme de protection des publics fragiles, ces chiffres étant bien sûr remontés au Secrétariat Général de façon anonyme, tant du côté des établissements que des familles concernées.

 

Image : Programme de protection des publics fragile, édité par le Secrétariat général de l’Enseignement catholique

Fermer le menu